Electrosensibilité – Enfin un début de réponse !
par Le Collectif des Electrosensibles de France - Thème : La gestion des risques :: L’hyperélectrosensibilité
Communiqué de presse – 19 juin 2014

Tandis que la proposition de loi sur les ondes s’est volatilisée au Sénat (1), notre association a été reçue mercredi 18 juin, par la Direction Générale de la Santé (DGS).

Conformément à l’engagement pris lors de notre précédente rencontre, la DGS a adressé très récemment à toutes les ARS une note visant à les sensibiliser à l’hypersensibilité électromagnétique et à ébaucher des dispositifs de prise en charge.

Si elle reste timide, cette note d’information a, toutefois, le grand mérite de soulever des questions importantes que nous portons inlassablement :
- le dispositif de mesure de l’exposition de l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) peut être mobilisé par les ARS
- les conditions d’hospitalisation d’une personne hypersensible aux ondes doivent concilier la demande du patient avec les contraintes liées à l’urgence, l’organisation et la sécurité des soins
- la délivrance et le contenu de certificats médicaux attestant de l’hypersensibilité d’un patient sont laissés à l’appréciation du médecin au cas par cas, ce qui, de fait, légitime la mention de l’electrohypersensibilité dans les certificats médicaux délivrés par les médecins.
- la DGS ne voit pas d’objection à la création de zones blanches issues de projets d’initiative privée, ce qui peut être un levier pour les projets en cours ou futurs
- les 24 Centres de Pathologie Professionnelle (CPP) sont désignés comme centres référents pour la prise en charge

Dans une démarche constructive, face au constat du cloisonnement des différents acteurs (experts, chercheurs, cliniciens, malades, acteurs du handicap...) qui retarde la compréhension de l’hypersensibilité électromagnétique et sa prise en charge, a émergé l’idée de rencontres scientifiques multidisciplinaires impliquant les parties prenantes dont les ONG. Il a été convenu que la DGS prendra attache avec l’ANSES pour l’organisation de ces rencontres. Celles-ci permettront de valoriser la parole des malades et l’expérience des médecins et des CPP ayant réellement pris en charge des électrosensibles. Nous espérons que cela enrichira la réflexion des experts de l’Agence qui doivent remettre leur rapport en 2015.

La DGS nous a indiqué avoir engagé un travail avec la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) sur les dispositifs d’isolement aux ondes et les produits anti-ondes. Nous nous réjouissons qu’enfin les pouvoirs publics engagent une réflexion sur l’efficacité et la qualité de ces produits. En plus de sécuriser les malades appelés à s’équiper, ces conditions seront favorables au financement des équipements nécessaires par des aides publiques (ex. Maisons Départementales des Personnes Handicapées) et par les employeurs.

Le principe d’un dialogue sur les orientations de ce travail et la valorisation de notre expertise de terrain ont été acceptés.

Pour les questions laissées en suspens aussi importantes que la gestion des situations d’urgence, nous avons convenu qu’un rendez-vous avec le cabinet de la Ministre sera programmé. Par ailleurs, la DGS reprendra contact avec l’Institut National de Veille Sanitaire (INVS) pour les questions d’épidémiologie et de vigilance sanitaire.

Nous sommes satisfaits que nos efforts constants avec la DGS puissent aboutir à une première concrétisation. Un nouveau rendez-vous sera pris en octobre.


(1) voir le communiqué Priartem / Agir pour l’Environnement

 
P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
Boite 64 - 206 quai de Valmy - 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
Mentions légales - Site réalisé sous SPIP par One2net

Site référencé par :