Qui sommes-nous ?
18 novembre 2007 - par Priartem

PRIARTéM a été créée, en octobre 2000 (J.O. du 07 octobre 2000), avec pour objet de veiller à une implantation des antennes-relais de téléphonie mobile respectueuse des conditions de vie et de santé de tous. Elle a été la première association, au niveau national, à faire émerger ce problème.

Elle a élargi son champ de préoccupation en 2004 (J.O. du 03 mars 2004) à l’ensemble des technologies de télécommunications sans fil, téléphones portables, WiFi, Wimax….

Enfin, dans le but d’élargir son champ d’action et de marquer son orientation sur la problématique “Ondes / Santé / Environnement,” le Conseil d’administration a proposé, lors de l’Assemblée générale qui s’est tenue le 6 décembre 2014, de voter de nouveaux statuts de l’association et de changer l’intitulé de son acronyme, qui se déclinera dorénavant comme suit : Pour Rassembler, Informer et Agir sur les Risques liés aux Technologies ElectroMagnétiques. Le logo a également évolué, prenant en compte l’intégration du Collectif des Electrosensibles.

Statuts de l’Association

A la suite de la nouvelle Assemblée Générale de PRIARTEM, qui s’est tenue le samedi 12 décembre 2015, le Conseil d’Administration se compose de 16 personnes, dont les membres du bureau, 5 coordinateurs régionaux, 1 membre fondateur du collectif des électrosensibles de France et 1 adhérent.

JPG - 79.1 ko
Le bureau est composé de 10 membres

- Janine Le Calvez, présidente, Cofondatrice en 2000 de l’Association ;
- Marie-Jeanne Potin, Coordinatrice nationale ;
- Eve Scoffié, Trésorière ;
- Chantal Cicé, Secrétaire, Cofondatrice en 2000 de l’Association ;
- Lysiane Brasset, Déléguée de secteur IDF, Bretagne, Normandie ;
- Anne Vienney, Déléguée de secteur IDF, Bretagne, Normandie ;
- Christophe Bolard, Délégué de secteur Bourgogne Franche-Comté, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine ;
- Patricia Mira, Déléguée à la gestion des courriels ;
- Sophie Pelletier, Porte parole des Electrosensibles de France ;
- Mathias Goldstein, responsable de la Newsletter de Priartem.


L’association fédère des personnes et des associations localisés dans toute la France ; l’association regroupe actuellement un millier d’adhérents dont des associations qui, pour certaines, comptent plusieurs centaines d’adhérents.

Elle travaille régulièrement en partenariat avec l’association Agir pour l’Environnement et Les Electrosensibles de France

CHAMPS DE PRÉOCCUPATION DE L’ASSOCIATION

La téléphonie mobile s’est développée très rapidement au cours des 10 dernières années. Plus de 50 millions d’utilisateurs de portables. Près de 100 000 antennes-relais sur le territoire national.

Ce développement s’est effectué dans le cadre d’une réglementation laxiste qui ne prend pas en compte les risques que fait peser sur la population l’exposition aux radiofréquences utilisées par cette nouvelle technologie.
_

LES ANTENNES-RELAIS : près de 100 000 antennes-relais sur le territoire national.

Une grande diversité de cas d’implantations d’antennes-relais existe.

Paris 16e Chaque cas pose des problèmes humains et juridiques particuliers mais tous concernent directement notre vie quotidienne.

- Les installations techniques sont différentes

  • Dans les villes, il s’agit d’antennes situées sur les toits.
  • Dans les zones rurales et les petites agglomérations, les antennes sont installées sur des pylônes (le plus souvent métalliques), dont la hauteur s’échelonne de 10 à plus de 40 mètres. La puissance de ces antennes dépend, dans tous les cas de la surface qu’elles doivent couvrir ;
  • Elles sont implantées soit sur des terrains ou bâtiments publics (stade, place, château d’eau, écoles...) soit sur des terrains ou bâtiments privés : on se trouve donc confronté à des situations différentes : copropriété (cas des immeubles de ville par exemple), immeubles de location (HLM, notamment), bâtiments à usages collectifs (écoles, hôpitaux, maisons de retraite...), problèmes de voisinage (antenne installée sur le terrain du voisin)...

Flourence

- Le processus d’installation

  • Le processus d’installation des antennes est toujours à peu près le même. Hormis le cas des copropriétaires d’immeubles qui ont reçu une information sommaire (information qui ne mentionne évidemment pas les risques potentiels sur la santé), ou celui des riverains qui ont eu la possibilité d’en être informés par l’affichage obligatoire de la déclaration de travaux, affichage souvent très discret (sur poteau en retrait, dans un endroit difficile d’accès...), c’est devant le "fait accompli" que se retrouvent la plupart des riverains...

- Le cynisme des opérateurs de téléphonie mobile

Le choix de ces implantations répond à des impératifs économiques très précis au bénéfice des opérateurs : leur emplacement doit garantir une bonne couverture téléphonique sur le territoire visé ; les antennes doivent être installées rapidement et à moindre coût. Pour ce faire, la condition première repose sur l’existence d’une source d’alimentation électrique, celle-ci étant généralement liée à une zone d’habitation. Si l’on rappelle que, très souvent, pour s’installer en pleine campagne, les particuliers ont dû payer à EDF le raccordement au réseau, on mesure mieux l’opportunisme cynique des opérateurs. *

* Exemple du cas de l’Ile aux Moines, point de départ de la création de Priartem

LES TÉLÉPHONES PORTABLES : plus de 50 millions d’utilisateurs...

Favorisé par des campagnes promotionnelles agressives, le développement du portable s’est effectué très rapidement, en se substituant souvent à la téléphonie fixe. Des utilisateurs de plus en plus jeunes, non informés de l’existence de risques, pratiquent ainsi un usage intensif d’un produit dont on commence seulement à cerner certains des effets négatifs sur notre santé.

Des industriels peu scrupuleux tentent régulièrement de mettre sur le marché des portables pour enfants afin de banaliser l’usage de ce type de produits à un âge de plus en plus précoce sans tenir compte des alertes du monde scientifique sur la sensibilité particulière des enfants aux rayonnements électromagnétiques de la téléphonie mobile.

C’est pourquoi Priartem se bat et vous aide pour exiger que les opérateurs soient soumis à des règles respectueuses des conditions de vie et de santé des riverains des stations-relais, des utilisateurs de portables et de toutes les personnes soumises à l’exposition des champs électromagnétiques générés par les technologies du « tout sans fil ».

 
P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
5, Cour de la Ferme Saint-Lazare 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
Mentions légales - Site réalisé sous SPIP par One2net

Site référencé par :