Antennes-relais : à très faible dose, les radiofréquences peuvent fragmenter le sommeil paradoxal des rats et perturber la thermorégulation
par Priartem - Thème : Information scientifique
Communiqué de Presse 4 avril 2013

LʼUFR de Médecine dʼAmiens et lʼIneris ont rendu compte hier devant la presse dʼabord et les ONG ensuite des résultats fort intéressants dʼune étude qui vient dʼêtre publiée dans la revue scientifique Environnemental Science and Pollution Research.

Lʼexposition de jeunes rats mâles à des ondes de 900 MHz à une valeur dʼexposition de 1 V/m durant 5 semaines en variant la température ambiante de 24 à 31° provoque une perturbation de la thermorégulation, une augmentation de la prise alimentaire et une fragmentation du sommeil paradoxal.

Tous les ingrédients étaient là pourtant pour que lʼon nʼobserve rien. Les auteurs de lʼétude ont dʼailleurs été si surpris de ce quʼils découvraient quʼils ont répliqué euxmêmes leur étude :

- les ondes utilisées sont présentées comme étant de "type" antennes-relais car, de fait, il sʼagit dʼondes continues et non modulées comme lʼest le signal de la téléphonie mobile, alors quʼune partie des interrogations portent sur les effets mêmes de la modulation ;
- le temps dʼobservation est relativement court, notamment au niveau de la chaleur où se révèlent les différences entre la population exposée et la population contrôle, soit 31° ;
- Surtout, et cʼest là sans doute la grande nouveauté de lʼétude, les valeurs dʼexposition sont extrêmement faibles : 1 V/m, soit le niveau moyen des mesures effectuées en France au cours des trois dernières années, selon lʼANFR, "Niveau moyen" signifiant quʼil est largement dépassé chez de nombreux riverains. Cette valeur de 1 V/m est sans commune mesure avec les normes réglementaires nationales (de 41 à 61 V/m selon les fréquences utilisées) et même avec les valeurs retenues dans la charte parisienne (5 V/m et 7 V/m pour la 4 G)

Au moment où le gouvernement affirme vouloir aller vers la "sobriété électromagnétique", cette étude montre que celle-ci suppose la recherche de niveaux dʼexposition extrêmement faibles. Les recommandations de lʼAssemblée Parlementaire du Conseil de lʼEurope de fixer une norme à 0,6 V/m pour tendre vers 0,2 V/m apparaissent plus que jamais dʼactualité.

Plus que jamais nous exigeons quʼune loi vienne enfin imposer une réelle protection de la population, "chacun (ayant) le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé" (art 1 de la Charte Constitutionnelle de lʼEnvironnement)

Abstract

The effects of radiofrequency electromagnetic fields (RF-EMF) on the control of body energy balance in developing organisms have not been studied, despite the involvement of energy status in vital physiological functions. We examined the effects of chronic RF-EMF exposure (900 MHz, 1 V m(-1)) on the main functions involved in body energy homeostasis (feeding behaviour, sleep and thermoregulatory processes). Thirteen juvenile male Wistar rats were exposed to continuous RF-EMF for 5 weeks at 24 °C of air temperature (T (a)) and compared with 11 non-exposed animals. Hence, at the beginning of the 6th week of exposure, the functions were recorded at T (a) of 24 °C and then at 31 °C. We showed that the frequency of rapid eye movement sleep episodes was greater in the RF-EMF-exposed group, independently of T (a) (+42.1 % at 24 °C and +31.6 % at 31 °C). The other effects of RF-EMF exposure on several sleep parameters were dependent on T (a). At 31 °C, RF-EMF-exposed animals had a significantly lower subcutaneous tail temperature (- 1.21 °C) than controls at all sleep stages ; this suggested peripheral vasoconstriction, which was confirmed in an experiment with the vasodilatator prazosin. Exposure to RF-EMF also increased daytime food intake (+0.22 g h(-1)). Most of the observed effects of RF-EMF exposure were dependent on T (a). Exposure to RF-EMF appears to modify the functioning of vasomotor tone by acting peripherally through α- adrenoceptors. The elicited vasoconstriction may restrict body cooling, whereas energy intake increases. Our results show that RF-EMF exposure can induce energysaving processes without strongly disturbing the overall sleep pattern.

Contact Presse :

Janine Le Calvez, Priartém. Tél. : 01.42.47.81.54

Mots-clés associés à cet article : effets génotoxiques
 
P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
Boite 64 - 206 quai de Valmy - 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
Mentions légales - Site réalisé sous SPIP par One2net

Site référencé par :