Bravo au parlement des enfants qui propose l’interdiction de la vente de portables destinés aux jeunes enfants.
par Priartem et Agir pour l’Environnement

Parlement des enfants et portables pour enfants : Les parlementaires seront-ils aussi responsables que les enfants ?

Le parlement des enfants, qui se réunira samedi à l’Assemblée nationale, a décidé d’inscrire à son ordre du jour, sur proposition d’une classe de Dijon (21), l’interdiction de la vente de portables destinés aux enfants âgés de 4 à 10 ans.

Paris, le 06 juin 2008 :

Agir pour l’Environnement et Priartém se félicitent de la clairvoyance de ces citoyens en herbe et appellent les parlementaires à être moins timorés en ce qui concerne un véritable problème de santé publique.

Pour mémoire, un certain nombre d’études officielles (menées dans le cadre du programme Interphone sous l’égide de l’OMS) démontrent une augmentation statistiquement significative de trois types de cancers pour les utilisateurs intensifs de portable. De plus, une équipe de chercheurs américains et danois indique dans une étude qui vient d’être publiée dans la revue Epidemiology* (mai 2008) que les enfants exposés aux champs électromagnétiques de la téléphonie mobile in utero ou pendant leur enfance ont 80% plus de risques de souffrir de problèmes comportementaux et d’hyperactivités. Le cerveau des enfants absorbe 60% de plus de rayonnement que celui d’un adulte. Le risque est ainsi grand que ce public fragile subisse les conséquences d’une exposition précoce et prolongée aux champs électromagnétiques de la téléphonie mobile.

Les associations constatent avec amertume que des enfants ont compris ce que les parlementaires s’acharnent à ne pas voir depuis plusieurs années. Malgré les alertes répétées des associations, le ministère de la Santé n’a pas cru bon devoir interdire la commercialisation des portables explicitement destinés aux enfants. Pire, faute de campagnes de prévention ciblées, un certain nombre de journaux pour enfants offrent gracieusement des portables fictifs qui créent de fait un conditionnement inacceptable.

Les associations appellent de leurs vœux une véritable réglementation, à l’instar de ce que propose le parlement des enfants. Plusieurs propositions de loi relative à l’encadrement du développement de la téléphonie mobile, issues des rangs parlementaires, sont à ce jour en attente d’une mise à l’ordre du jour.

Contact presse :

Janine LE CALVEZ – Présidente de Priartém - Tél. 01.42.47.81.54

Stéphen KERCKHOVE – Délégué général d’Agir pour l’Environnement - Tél. 01.40.31.02.99

Mots-clés associés à cet article : Enfants
 
P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
Boite 64 - 206 quai de Valmy - 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
Mentions légales - Site réalisé sous SPIP par One2net

Site référencé par :