4G : l’économie d’abord, la santé attendra !
par Priartem, Agir pour l’Environnement, Collectif des Electrosensibles de France
Communiqué de presse du 1er octobre 2013

Paris, le 1er octobre 2013 - Après Orange et SFR, le troisième opérateur hexagonal Bouygues lance officiellement son réseau 4G. Plusieurs milliers d’antennes relais supplémentaires ont ainsi été mises en service sur tout le territoire national. Madame Fleur Pellerin, Ministre déléguée au PME, à l’innovation et à l’économie numérique, sera officiellement présente au technopole de Bouygues pour l’occasion, comme elle l’a été début septembre à Boulogne pour Orange.

Alors qu’aucune étude d’impact sanitaire n’a été diligentée sur la 4G en dépit des signaux de risques et des plaintes récurrentes des riverains d’antennes et des électro-sensibles, et à seulement quinze jours de la sortie de la mise à jour de l’évaluation des risques liés aux radiofréquences par l’Agence Nationale de Sécurité sanitaire et de l’environnement, cet épisode révèle une fois de plus la prédominance des questions économiques dans la gestion du dossier de la téléphonie mobile.

Le développement de la 4G, dont l’utilité sociale est clairement en question puisqu’il vise essentiellement le développement du débit vidéo - celui-ci monopolisant environ 80% du débit – provoquera une augmentation de l’exposition de +50% en moyenne (d’après les travaux du COPIC) alors que l’ANSES préconisait dès 2009 la réduction si possible des expositions et qu’un rapport commandé par le Premier Ministre sur l’application du principe de sobriété est attendu à l’automne.

Le déploiement incontrôlé de la téléphonie mobile et plus généralement des technologies sans fil se poursuit comme une négation même des principes de précaution et de sobriété tandis que l’attentisme et l’accumulation de rapports sont de mise lorsqu’il s’agit de les réglementer.

Les associations dénoncent la complaisance des autorités environnementales et sanitaires françaises, qui, par leur silence assourdissant laissent aux opérateurs une totale liberté d’installer des milliers de nouvelles antennes sans réglementation contraignante.

L’obligation de subir donnant le droit de savoir, selon les mots de Jean Rostand, les associations exigent un dispositif transparent pour la mesure des expositions et la mise en œuvre d’une vigilance sanitaire efficiente sur les problèmes sanitaires engendrés par ces technologies.


Medias

MP3 - 1 Mo
France Inter. Interview de Janine Le Calvez

 4G : les électrosensibles réclament l’application d’un principe de précaution


Contact Presse :

Priartém – Janine Le Calvez – 01 42 47 81 54

Collectif des Electro-sensibles de France - Manuel Hervouet : 09 72 35 48 05

Agir pour l’Environnement – Stéphen Kerckhove : 06 06 88 52 66

Mots-clés associés à cet article : 4G
 
P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
Boite 64 - 206 quai de Valmy - 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
Mentions légales - Site réalisé sous SPIP par One2net

Site référencé par :