Maladie professionnelle : lien de causalité reconnu par un Tribunal professionnel italien entre un usage intensif du portable et du téléphone sans fil et l’apparition d’une tumeur invalidante
par Priartem - Thème : Information scientifique :: Les actions judiciaires
Pour la première fois, un tribunal professionnel (l’équivalent de nos Prud’Hommes) italien reconnaît l’origine professionnelle de la pathologie – une tumeur bénigne du nerf trijumeau - d’un homme de 57 ans, qui a, dans le cadre de son activité professionnelle, utilisé, durant 10 ans, intensivement un téléphone portable et un téléphone sans fil.

C’est la première fois qu’un juge reconnaît un lien de causalité entre une exposition professionnelle aux CEM de la téléphonie et une pathologie invalidante.

Ce jugement a été rendu grâce aux expertises à charge du Pr Angelo Levis, généticien de l’Université de Padoue et spécialiste des effets des CEM sur la santé humaine, et du Dr Giuseppe Grasso, neurochirurgien à Brescia. Ces expertises ont mentionné les cas de deux victimes, l’une de Brescia et l’autre de Cremonne, observées trois ans auparavant dans des environnements professionnels très comparables à celui de Marcolini. Dans les deux cas, les victimes écrivaient de la main droite en tenant le combiné (mobile ou DECT) à l’oreille gauche dans le cadre d’une activité de relation-client. Ces personnes ont développé des tumeurs ipsilatérales : une tumeur maligne de la glande parotide à Cremonne et une tumeur bénigne du trijumeau et du ganglion trigéminal, à chaque fois du côté gauche exposé.

La validité de ces expertises a été établie par l’expert judiciaire indépendant et la Cour d’Appel.

La motivation exacte du jugement sera publiée très prochainement et n’est pas actuellement connue. L’affaire devrait arriver en cassation et la Cour Suprême aura à se prononcer alors non sur le fond mais sur la licéité de l’action, mais quoi qu’il en soit, il s’agit d’une avancée considérable du lien de causalité entre l’apparition d’un certain nombre de tumeurs et un suage intensif du portable ou du DECT.

Depuis l’institut de Gennes où il exerce comme épidémiologiste, Valerio Gennaro a manifesté son enthousiasme pour le jugement de Brescia mais a déploré la baisse du nombre des spécialistes dans son domaine. « Ici dans mon institut nous ne sommes plus que cinq en CDD, comme si ce travail de prévention de la plus grande importance ne présentait aucun intérêt. Car nous ne limitons pas nos activités à la collecte des données mais également à leur interprétation et à l’élucidation de l’origine des maladies ».

"Un million de cas de tumeur cérébrale est diagnostiqué chaque année dans le monde" précise le Pr Levis, "nous avons calculé un temps de latence de dix ans pour cette pathologie aussi n’en sommes-nous qu’aux premiers signaux quant aux conséquences de certains comportements". "Dans peu de temps", poursuit ce spécialiste" seront détectés les effets de l’abus de téléphonie mobile par les enfants, ceux qui ont le portable dans le cartable depuis l’âge de huit ans par exemple. Je crains que les conclusions soient douloureuses."

 
P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
Boite 64 - 206 quai de Valmy - 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
Mentions légales - Site réalisé sous SPIP par One2net

Site référencé par :