Des Sénateurs américains veulent faire avancer une proposition de loi sur les clusters
par Traduction Priartem - Thème : L’expertise scientifique :: La gestion des risques

Nous nous battons depuis plusieurs années pour que des enquêtes sanitaires sérieuses soient menées sur les clusters de cancers d’enfants dans des écoles exposées aux rayonnements d’antennes-relais.

Nous avons sollicité l’INVS – Institut National de Vielle Sanitaire - qui nous a dit être « démunie », « ne pas avoir les outils » pour mener ce type d’investigation. On se souvient que concernant l’école de Vincennes construite sur un ancien site Kodak, et où avait été détectées plusieurs leucémies infantiles, la réponse de l’INVS avait été, "c’est le hasard". Même hasard invoqué à Saint-Cyr l’Ecole ou encore à Ruitz concernant des clusters de cancers du cerveau chez les enfants d’une école exposée aux rayonnements d’antennes de téléphonie mobile.

Manifestement, nos amis américains se heurtent au même problème : « la communauté est trop petite » a été la réponse donnée à une demande d’enquête. Des sénateurs américains se sont saisis de la question et proposent une loi sur les clusters afin que le gouvernement coordonne ses agences et mobilise des équipes de chercheurs afin d’avancer dans la compréhension des clusters et dans les possibilités d’y remédier.


Senators Push for Action on Disease Clusters Bill

Par Jason Rano, directeur d’EWG (The Environmental Working Group) [1]

Source : Enviroblog

Traduction de Priartem

Des Sénateurs américains veulent faire avancer une proposition de loi sur les clusters

Il y a deux ans, les sénateurs Barbara Boxer (Californie), présidente de la commission, sénatoriale de l’environnement et des travaux publics, et Mike Crapo (Idaho) ont présenté une proposition de loi pour le Renforcement de la Protection des Enfants et de la Population contre les Clusters de maladie (ndlr Agrégat spatio-temporel), plus communément connu sous le nom de loi Trevor. Bien que l’assemblée plénière ait approuvé le projet de loi l’année dernière, il n’a jamais été mis aux voix dans l’ensemble du Sénat.

Cette question demeure une telle priorité pour les deux sénateurs, qu’ils ont uni leurs forces à nouveau la semaine dernière (22 janvier) afin de le réintroduire la législation. Ils ont proposer une mesure visant à améliorer la coordination entre les organismes fédéraux pour déterminer si un cluster de maladie existe et les autorise à travailler avec les représentants de l’État et des institutions universitaires pour atténuer les risques liés à des groupes présumés. Le projet de loi permettrait également d’accroître l’aide fédérale pour les communautés affectées.

La militante de la défense de l’environnement et de la santé publique, Erin Brockovich, a déclaré à la commission, en mars 2011, que des gens à travers le pays l’avait contactée au sujet de hausses apparentes dans les taux de maladies au sein de leurs communautés et de leurs soupçons que ces hausses étaient liées à des expositions à des produits chimiques toxiques. À l’époque, Brockovich avait cartographié plus de 500 de ces contacts. Comme elle l’a dit à la commission, les Américains, se tournent vers elle parce qu’ils ne recevaient pas de réponses satisfaisantes du gouvernement.

Le nom du projet de loi, loi de Trevor, vient du nom d’un survivant du cancer Schaefer Trevor. Il s’agissait d’une tumeur au cerveau diagnostiquée, en 2002, alors qu’il était âgé de 13 ans. Au cours des nombreux mois de traitement, Trevor avait appris qu’il y avait eu quatre autres diagnostics de cancer du cerveau dans la même année dans sa ville de 1.700 habitants. Au cours de la décennie avant et après son diagnostic, il y avait au un nombre anormalement élevé de cas de cancer du cerveau dans la petite communauté de McCall, Idaho. Lorsque Trevor et sa famille ont soumis cette information aux représentants du gouvernement, cependant, on leur a dit que, même si les données étaient exactes, McCall était trop petit pour être étudié comme un cluster de cancer.

Comme l’étude de bio surveillance commandée par EWG l’a très bien montré, le développement du fœtus est exposé à des centaines de produits chimiques toxiques in utero. Après la naissance, les enfants sont plus sensibles que les adultes aux effets nocifs des produits chimiques parce que leurs organes en développement et leurs organismes sont moins en mesure d’éliminer les toxines.

Comme l’expérience de Trevor et les expériences de tant d’Américains qui se sont rapprochés d’Erin Brockovich le démontrent, le système national pour traiter avec les clusters de maladies est insuffisant. Une seule communauté ne doit pas être considérée comme trop petite pour être étudié. La proposition de loi Trevor (S. 50) ferait en sorte que les organismes gouvernementaux se coordonnent et travaillent avec des experts universitaires pour enquêter sur les clusters et fournir une aide significative aux communautés affectées.

Mots-clés associés à cet article : International
 
P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
Boite 64 - 206 quai de Valmy - 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
Mentions légales - Site réalisé sous SPIP par One2net

Site référencé par :