Portable pour enfants : demande de position claire à la ministre de la Santé
par Priartem et Agir pour l’Environnement
Courrier du 21 janvier 2008, co-signé avec Agir pour l’Envrionnement, à l’attention de Madame Roselyne BACHELOT, Ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports.

à l’attention de Madame Roselyne BACHELOT Ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports 6, Avenue de Ségur 75007 PARIS

Objet :

Portable pour enfant / Demande de rendez‐vous

Madame la ministre,

En date du 15 janvier dernier, nous avons été́ reçus par trois membres de votre cabinet afin d’évoquer les suites à donner à la commercialisation d’un téléphone portable, explicitement dédié aux enfants de 6 ans et plus, par la société espagnole Imaginarium.

Ce rendez‐vous faisait suite à deux précédentes rencontres en juin et septembre derniers au cours desquelles nous avions déjà eu l’occasion de développer nos inquiétudes quant aux effets potentiels générés par un usage précoce et intensif du portable, de nombreuses études internationales apportant la preuve de la corrélation entre usage du portable et accroissement significatif de cancers du cerveau ou des glandes salivaires au‐delà de dix ans d’utilisation. La succession de tentatives de commercialisation de portables pour jeunes enfants autant que le succès des mobiles, auprès des adolescents notamment, nécessitent des mesures politiques immédiates.

Le 02 janvier dernier, la Direction Générale de la Santé a pour la première fois lancé un message d’alerte, relayant ainsi nos inquiétudes. Au cours de plusieurs interviews, vous vous êtes également fait l’écho de ces interrogations légitimes. Or, cette invitation à la précaution ne s’est pas traduite en actions politiques. Ce faisant, certains industriels ont interprété cette inaction comme une invite à poursuivre la commercialisation et la promotion de portables pour enfants, n’hésitant pas à utiliser, pour la promotion de leur produit l’image d’un jeune enfant, le portable à l’oreille.

Nous avons dû constater avec regret que le troisième rendez‐vous que nous avons pu obtenir avec votre cabinet s’est soldé par une absence étonnante d’engagements. Volontairement peu diserts, nos interlocuteurs au sein du ministère de la Santé ont rejeté notre demande d’interdiction de la vente et de la promotion des portables destinés aux enfants au motif, peu étayé d’ailleurs, « qu’il était difficile d’interdire ».

Quant à notre deuxième demande, le lancement d’une grande campagne d’information et de sensibilisation aux risques potentiels du portable accompagnée de conseils sur un usage raisonné et raisonnable dudit portable, elle s’est également soldée par un rejet, au motif que « trop d’information tue l’information ».

Cependant, comme nous l’ont déclaré nos interlocuteurs, vous seule pouvez apporter une réponse définitive à nos demandes. Nous considérons donc, aujourd’hui, que votre position sur cette question n’est pas définitivement arrêtée. Nous avons donc l’honneur de solliciter une entrevue avec vous afin d’évoquer plus avant nos demandes permettant de réduire les risques liées à une exposition précoce aux champs électromagnétiques liés à la téléphonie mobile.

Vous remerciant par avance de la réponse positive que vous voudrez bien apporter à notre requête, nous vous prions d’agréer, Madame la ministre, l’expression de notre plus haute considération.

Janine LE CALVEZ, pésidente de PRIARTéM Stéphen Kerckhove, délégué général d’Agir pour l’Environnement

Mots-clés associés à cet article : Enfants
 
P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
Boite 64 - 206 quai de Valmy - 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
Mentions légales - Site réalisé sous SPIP par One2net

Site référencé par :