Point de vue d’expert : Neil Cherry sur l’exposition aux CEM
par Priartem

Conclusions du rapport du Docteur Neil CHERRY, Directeur de l’Unité de Recherche en climatologie de l’Université Lincoln de Nouvelle Zélande.

mars 1996

Ce rapport a été établi à propos de l’installation d’une station de base pour téléphones cellulaires sur un terrain directement contigu à une école primaire de Shirley. Il est précédé d’une introduction signée de Jean-Marie DANZE qui rappelle : "Selon les travaux publiés dans le monde, il serait souhaitable de ne pas dépasser une exposition de 0,1 µW/cm2 (0,1 microwatts par cm2 de densité de puissance) pour le public en général". Ceci corrobore le document précédemment cité émanant de TESLABEL. On est donc loin des 450 microwatts préconisé antérieurement au ler janvier 2000 par CENELEC.

Dans la conclusion de sa très volumineuse et très documentée étude, le Docteur Neil CHERRY précise :

"Notre propos est de fixer une norme d’exposition provisoire pour le public en général, norme dans laquelle celui-ci puisse avoir confiance et qui n’engendrerait qu’un risque acceptable faible... "

"Presque toutes les études épidémiologiques stigmatisent des expositions chroniques aux rayonnements de radiofréquence et de micro-ondes, professionnelles ou résidentielles et à des niveaux plus bas que les niveaux thermiques... "

Le Docteur Neil CHERRY, donne ainsi deux exemples significatifs parmi d’autres :

* Le premier concerne les risques de leucémie chez l’enfant et il précise : "Pour éviter de doubler le risque de survenue de la leucémie fatale chez l’enfant, l’exposition moyenne doit rester inférieure à 0,2 µW/cm2..."

* Le second concerne une étude faite sur les femmes physiothérapeutes, pour lesquelles il apparaît, alors même qu’elles n’étaient exposées qu’à moins de 0,04 à 0,56 µW/cm2 pour 5 à 20 traitements, elles "subirent un taux d’augmentation d’avortements significatifs de 47,7%"

Et de conclure "une norme transitoire d’exposition du public à 0,1 µW/cm2 est souhaitable pour les gens qui vivent et travaillent près des relais fixes des téléphones cellulaires... Une telle norme ne sera atteinte que par un choix judicieux des emplacements des relais fixes de téléphone à plus d’un km des résidences des écoles, des lieux de travail..."

Mots-clés associés à cet article : Santé
 
P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
Boite 64 - 206 quai de Valmy - 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
Mentions légales - Site réalisé sous SPIP par One2net

Site référencé par :