Ondes électromagnétiques - Rendez-vous à la Direction Générale de la Santé
par Priartem et le Collectif des Electrosensibles de France - Thème : L’expertise scientifique :: La gestion des risques :: L’hyperélectrosensibilité
Une mise à jour urgente de l’expertise scientifique sur la cancérogénicité — Pour une école numérique sans wifi — Compteurs communicants : dans l’attente d’une expertise digne de ce nom — Une réelle prise en charge de l’électrohypersensibilité

Mercredi 7 octobre, l’association PRIARTEM et Les électrosensibles de France seront reçus par la Direction Générale de la Santé.

En juillet, nous avons interpellé Mme la Ministre de la Santé sur l’impact sanitaire du déploiement des compteurs communicants Linky. Ce rendez-vous essentiellement lié à ce dernier sera aussi l’occasion d’aborder d’autres dossiers importants et restés sans réponse : la gestion médicale et administrative de l’EHS, un plan numérique à l’école sans wifi et la réévaluation de l’expertise scientifique eu égard à la sortie des dernières études scientifiques dont les résultats sont inquiétants.

Un point presse sera tenu à la sortie vers 11h45.


Dossier

- La prise en charge de l’ElectroHyperSensibilité

— Plateforme revendicative "Hypersensibilité électromagnétique"

— Electrosensibilité : d’importantes avancées dans la reconnaissance en France

— Hypersensibilité électromagnétique-EHS. Mieux la connaître - Combattre les idées reçues

- Compteurs communicants Linky, Gaz, Eau et chauffage collectif

Le gouvernement veut déployer à grande échelle et pour des montants astronomiques (5 milliards pour le Linky et 1 milliard pour Gazpar) des appareils qui rayonneront en continu. Le vote de la loi sur la transition énergétique a officialisé leurs déploiements. Nos lieux de vies seront également touchés par les radiofréquences issues des nouveaux compteurs d’eau et de chauffage collectif obligatoires.

— LINKY : En l’absence d’évaluation du risque, PRIARTEM demande un moratoire

— Canard Enchainé - Linky aucun risque sanitaire aigu !

- Mise à jour de l’expertise scientifique (ANSES)

Considérant que, depuis le dernier rapport de l’ANSES en 2013 sur les radiofréquences, plusieurs études solides ont été publiées sur les radiofréquences et les tumeurs, que ce soit des enquêtes épidémiologiques sur les portables, et notamment l’étude de Lerch 2015 montrant un rôle de promotion des tumeurs, ou des études biologiques sur le rôle des RF sur le stress oxydant et les dommages à l’ADN ainsi que des études de plus en plus nombreuses sur la réponse adaptative liée aux radiofréquences, Priartem demande que ces données nouvelles soient examinées le plus rapidement possible par l’ANSES. Priartem demande également la saisine de l’INVS concernant l’épidémiologie des différents cancers du système nerveux central et la constitution de registres de cancers. En effet, il paraît urgent que les niveaux de preuve soient revus rapidement sur ces questions importantes et qu’une veille sanitaire efficiente soit mise en oeuvre. La puissance publique doit être en mesure de délivrer un message le plus clair possible en direction des utilisateurs, notamment des plus jeunes qui sont les plus vulnérables et qui sont exposés depuis leur conception.

— Radiofréquences et cancérogénicité : Priartem s’adresse à la Ministre de la santé

- Numérique à l’école sans wifi

Le Ministère de l’Education Nationale se montrant sourd aux questions sanitaires des décisions prétendument pédagogiques qu’il prend, nous saisissons la Ministre de la Santé en charge de la santé publique afin qu’elle pèse de tout son poids pour qu’un moratoire soit décrété dans l’attente d’une évaluation des conséquences sur la santé des enfants de la mise en place massive du WiFi dans les établissements scolaires.

— Plan numérique à l’école : courrier de Priartem à l’attention de la ministre de la santé

 
P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
Boite 64 - 206 quai de Valmy - 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
Mentions légales - Site réalisé sous SPIP par One2net

Site référencé par :