Nouveau rapport Stewart (janvier 2005) beaucoup plus alarmiste...
par Priartem

Le professeur Stewart, président du NRPB (National Radiological Protection Board), auteur d’un premier rapport en 2000, vient de rendre public un nouveau rapport sur la téléphonie mobile. Il constate que « l’on ne peut plus dire en 2005 ce que l’on disait en 2000 » et que « l’on a, jusque là, sans doute sous-estimé les risques liés à la téléphonie mobile ».

Traduction : H. Hétier, coordinatrice Priartem Auvergne

Le Times a fait sa Une des nouvelles recommandations du professeur Willian Stewart.-

Le rédacteur du Times écrit ainsi :

« Les enfants de moins de 8 ans ne devraient pas utiliser de téléphones mobiles », a-t-il été conseillé hier soir aux parents après qu’un rapport faisant autorité ait lié une forte utilisation avec des tumeurs au cerveau, et conclu que les risques avaient été sous-estimés par la plupart des scientifiques. Par ailleurs il a déclaré que « la preuve d’effets potentiellement nocifs était devenue plus convaincante ces 5 dernières années ».

« La nouvelle a conduit à appeler à ce que les téléphones portent des avertissements sur la santé, et à une panique dans une partie de l’industrie. Un fabricant britannique a immédiatement suspendu un modèle destiné aux 4-8 ans ».

Dans son rapport, Téléphones mobiles et santé, Sir William a indiqué que 4 études ont causé de l’inquiétude.

- Une étude sur 10 ans en Suède suggère que les gros utilisateurs de mobiles sont plus sujets à des tumeurs bénignes de l’oreille et du cerveau, (NDLR : étude Karolinska, cf Lettre 14-15) cependant qu’une étude hollandaise avait suggéré des modifications de la fonction cognitive (NDLR : étude TNO cf Lettre 10-11) ; une étude allemande a pointé un accroissement des cancers autour des stations de base, (NDLR : étude Naila, cf Lettre 14-15) pendant qu’un projet soutenu par l’U.E. démontrait les dommages aux cellules causés par les champs électromagnétiques typiques des téléphones mobiles (NDLR : étude Reflex, voir ci contre).

« Toutes ces études doivent encore être reproduites et sont de qualité diverse mais nous ne pouvons pas les balayer d’un revers de la main » a dit Sir William.

« S’il y avait un risque sanitaire -qui demeure improuvé- il aurait un plus grand effet sur les jeunes que sur les gens plus âgés », a-t-il ajouté.

Pour les enfants de 4 à 8 ans, les parents devraient juger par eux-mêmes des risques et des bénéfices. « Je ne crois pas que pour les 3 à 8 ans ils puissent être facilement justifiés » a-t-il dit.

Stewart a déclaré lors de sa communication à la presse que l’on avait sans doute sous-estimé les risques liés à la téléphonie mobile, et qu’il fallait également se préoccuper des conditions d’implantation des antennes relais

Traduction : H. Hétier, coordinatrice Auvergne

 
P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
Boite 64 - 206 quai de Valmy - 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
Mentions légales - Site réalisé sous SPIP par One2net

Site référencé par :