Lettre ouverte aux Ministres de l’Ecologie, de la Santé, du Travail et de la Recherche
par Priartem et Agir pour l’Environnement
Plan National Santé Environnement : Un an pour rien ?!

Madame la Ministre de l’Ecologie et du Développement Durable, Messieurs les Ministres de la Santé et des Solidarités, des Affaires sociales, du Travail et de la Solidarité, de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche,

Le Comité de Pilotage du Plan National Santé Environnement (PNSE) que vous présidez collégialement a la mission de « mettre à jour [le PNSE], en s’appuyant sur les demandes des représentants de la société civile ». Force est de constater que vous êtes jusqu’à présent restés sourds aux sollicitations répétées des associations de protection de l’environnement et de consommateurs. Pour son premier anniversaire, la réforme de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire Environnementale (AFSSE), le soutien au projet européen REACH dans sa version renforcée et la prévention des riques épidémiques devraient être vos priorités.

Alors qu’un "nouveau" rapport sur la téléphonie mobile a été publié le 14 juin dernier par un groupe d’experts de l’AFSSE dont la non-représentativité est fortement critiquée par les associations, nous demandons que cette agence soit réformée en profondeur et qu’un comité d’éthique indépendant sur l’expertise soit établi rapidement.

Le gouvernement français s’est caractérisé, sur le projet de réglementation européenne REACH, par une approche très conservatrice, favorable aux lobbies industriels, consistant à défendre l’utilisation de produits chimiques dangereux, sous garantie que l’industrie parvienne à les maîtriser. Le Plan National Santé Environnement est révélateur de cette caractéristique française en tournant le dos à REACH (à peine mentionné dans le PNSE) et relève actuellement de la gesticulation politique. Se projeter dans l’avenir et renforcer le volet préventif de REACH notamment via la substitution : voici les objectifs de la révision du plan que nous vous demandons.

Dénoncés par les virologues eux-mêmes dès 1998, et faisant actuellement l’objet d’une enquête parlementaire, les risques d’épidémie infectieuse, en particulier ceux représentés par les élevages intensifs, devraient faire l’objet d’une action spécifique du PNSE. Nous dénonçons également la faiblesse des actions prévues contre les épidémies de cancer et l’allergie.

Le constat alarmant dressé en matière de santé publique par les auteurs du rapport préliminaire du PNSE n’a pas été déclencheur d’actions ambitieuses. Aujourd’hui, il est plus que nécessaire de passer à l’action. C’est pourquoi nous réclamons un engagement concret de l’Etat afin de mieux respecter la charte de l’environnement et de mettre un terme aux différentes sources de pollution qui ont un impact direct sur notre santé et notre environnement.

Nous vous remercions de l’attention que vous porterez à cette Lettre ouverte et de l’engagement que vous démontrerez à l’égard de l’environnement et de la santé de chacun.

Jeanine LE CALVEZ, Présidente de Priartém

Stéphen KERCKHOVE, Coordinateur des campagnes Agir pour l’Environnement

 
P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
Boite 64 - 206 quai de Valmy - 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
Mentions légales - Site réalisé sous SPIP par One2net

Site référencé par :