Evaluation des risques de cancérogénécité pour l’homme
par Priartem

Monographies du CIRC (Volume 80) (19-26 juin 2001)

Static and Extremely Low Frequency Electric and Magnetic Fields

en préparation pour l’étude Interphone

Un groupe de travail de 21 experts venus de dix pays différents s’est réuni à Lyon afin d’estimer le risque cancérogène pour l’homme issu de l’exposition aux champs électriques et magnétiques à fréquences extrêmement basses (ELF) et statiques. Ce volume des monographies du CIRC est le premier d’une série de deux sur les rayonnements non-ionisants dont les fréquences se situent en dessous de celles du domaine visible.

L’exposition aux champs magnétiques ELF est due à la proximité des lignes à haute tension et de distribution locale, au câblage électrique des bâtiments, et aux appareils électriques. Cette exposition s`ajoute à celle du champ magnétique terrestre statique. L’unité de champ magnétique est le Tesla. Le champ magnétique terrestre varie de 25 micro Tesla à l’équateur jusqu’a 65 micro Tesla aux pôles.

Depuis la publication en 1979 du premier rapport suggérant une association entre l’exposition domestique aux champs électro-magnétiques ELF et les cancers infantiles, en particulier les leucémies, de très nombreuses études épidémiologiques ont examiné cette éventualité. Globalement, pour la grande majorité des enfants qui sont exposés aux champs magnétiques ELF domestiques de moins de 0,4 microTesla, il y a peu d’indications d’un risque accru de leucémie. Les indications sont insuffisantes quant à l’association entre les champs électriques et les leucémies infantiles, et il n`a pas été établi d`association spécifique entre les tumeurs du cerveau ou d’autres tumeurs solides infantiles et l’exposition domestique aux champs électriques et magnétiques ELF. Toutetois, les analyses groupées des données originales issues d’un certain nombre d`études réalisées d’une manière adéquate montrent une association statistiquement significative et concordante entre les leucémies infantiles et l’exposition aux champs magnétiques ELF domestiques d’intensité supérieure à 0,4 micro Tesla, avec approximativement un doublement du risque relatif. Il est peu probable qu’elle soit due au hasard, mais elle peut être affectée par des biais de sélection. De ce fait, cette association entre les leucémies infantiles et l’exposition aux champs magnétiques ELF domestiques intenses a été considéré comme ayant une indication limitée de cancérogénicité pour l’homme.

Il n’y a pas de données consistantes démontrant que l’exposition domestique ou professionnelle de l’adulte soit liée à un quelconque accroissement du risque de cancer en général, même si une étude suédoise a indiqué une augmentation significative du risque de leucémie (à l’exception des leucémies lymphoïdes chroniques) suite à l’exposition domestique et professionnelle combinée. Par conséquent, l’association entre le risque pour tous types de cancers chez l’enfant, excepté les leucémies, et tous types de cancers chez l’adulte, avec l’exposition aux champs électriques et magnétiques ELF a été considérée comme ayant une indication insuffisante de cancérogénicité pour l’homme.

On dispose de tres nombreuses études de cancérogénicité des champs magnétiques chez l’animal de laboratoire. Ce sont essentiellement des études à long terme d’exposition aux champs magnétiques seuls, ou des études de cancérogenèse multi-étape par combinaison d’exposition à des cancerogènes chimiques et des champs magnétiques, chez le rat et la souris. Les résultats des études traitant de l’exposition aux champs magnétiques seuls sont généralement négatifs, même si une étude chez le rat et la souris des deux sexes a montré une augmentation des tumeurs des cellules C de la thyroïde chez les rats mâles seulement mais qui n’était pas fonction de l’intensité du champ appliqué. Les essais de cancérogénèse multi-étape n’ont pas montré d’accroissement consistant des tumeurs mammaires chez le rat et de la peau chez la souris initiées chimiquement. Les champs magnétiques n’ont également pas eu d’effets sur les tumeurs hépatiques chez le rat ou sur les leucémies/lymphomes chez la souris ou le rat initiées chimiquement. En résumé, I’indice de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire des champs magnétiques ELF a été jugé insuffisant (On ne dispose pas de données sur la cancérogénécité chez les animaux de laboratoire des champs magnétiques statiques, ou des champs électriques statiques ou ELF.

Même si plusieurs hypothèses ont été avancées en vue d’expliquer l’éventuelle cancérogénicité des champs magnétiques ou électriques ELF, aucune explication scientifique n’a été établie.

En résumé, les champs magnétiques à fréquences extrêmement basses sont classés comme peut-être cancérogenes pour l ’homme(Groupe 2B), conclusions basées sur une association statistiquement significative entre l’exposition à des champs magnétiques ELFdomestiques élevés et un doublement du risque de leucémie chez Òbasses ne peuvent être classés quant à leur cancérogénécité pour I ’homme (Groupe 3) .

Dernière mise à jour : 3 juillet 2001

Mots-clés associés à cet article : Enquêtes épidémiologiques
 
P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
Boite 64 - 206 quai de Valmy - 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
Mentions légales - Site réalisé sous SPIP par One2net

Site référencé par :