Étonnement des associations sur le coût de la baisse des seuils d’exposition
par Priartem et Agir pour l’Environnement

Baisser les seuils d’exposition aux ondes électromagnétiques coûterait entre 3,5 et 7 milliards d’euros selon une étude...

Étonnement des associations !

Paris, le 08 octobre 2009 - Les associations émettent de sérieux doutes sur le bien-fondé de chiffres émis par une étude du cabinet SIA Conseil qui évalue le coût des modifications engendrées par une baisse des seuils d’exposition des riverains d’antennes relais à plus de 3,5 à 7 milliards d’euros.

Durant le Grenelle des ondes, au regard des mesures effectuées par l’Agence nationale des fréquences, les associations ont pu constater que seule une antenne sur dix environ aurait à être modifiée pour respecter un seuil d’exposition fixé à 0,6 V/m dans les lieux de vie et de travail. Or, le coût de développement de l’inégalité du réseau 3G coûterait, selon un rapport du Conseil d’analyse économique, pour chaque opérateur, 3 milliards d’euros. En évoquant un coût d’environ 3,5 à 7 milliards d’euros, cette étude laisse à penser qu’environ la moitié du réseau d’antennes relais serait à modifier.

Alors que le Grenelle des ondes est actuellement en train d’évaluer la faisabilité technique et l’ampleur des modifications induites par une baisse de seuils d’exposition, comment est-il possible d’évaluer, dès à présent le coût de ces modifications ? Soit cette étude se fonde sur des simulations fournies par les opérateurs et dans ce cas, l’expérimentation prévue dans le cadre du Grenelle des ondes est inutile, soit ce cabinet de conseil ne dispose pas de simulations et ses données sont nulles et non avenues.

En diffusant de tels chiffres manifestement surévalués, cette étude tente d’imposer l’idée selon laquelle le coût de l’action serait sans commune mesure avec le bénéfice sanitaire escompté. Les associations s’inscrivent bien évidemment totalement en faux vis-à-vis de tels sous-entendus. Selon les données 2008 de l’Arcep, le revenu des opérateurs s’est établi à 44,2 milliards d’euros, en augmentation de 3,6% après une hausse de 4% en 2007. Les revenus des services mobiles avoisinent les 18,6 milliards d’euros, pour un total de 15,5 milliards d’euros pour la partie « voix » et 3,1 milliards d’euros pour la partie « transport de données ».

Janine le Calvez

Stéphen Kerckhove

 
P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
Boite 64 - 206 quai de Valmy - 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
Mentions légales - Site réalisé sous SPIP par One2net

Site référencé par :