Collectif des Electrosensibles de France : Lettre d’information Octobre 2013
par Le Collectif des Electrosensibles de France - Thème : L’hyperélectrosensibilité
Voici notre lettre d’information du mois d’octobre. Vous y trouverez des informations dans les différents axes qui structurent notre action. Bien à vous, L’équipe du Collectif des Electrosensibles de France - www.electrosensible.org

Schproum - l’électrosensibilité entre en littérature

Alors qu’il travaille à son nouveau roman, Jean-Yves Cendrey, écrivain français résidant à Berlin, est pris de maux étranges, qui s’atténuent lorsqu’il réside dans sa maison de campagne. Forçant sa propre incrédulité et devant l’impuissance des médecins à établir un diagnostic, il doit se rendre à l’évidence : il est devenu électrosensible et sa vie en sera bouleversée. Nous avons pu rencontrer ce 8 octobre, l’auteur dans les locaux de sa maison d’édition, Actes Sud. Il nous a dit sa reconnaissance pour notre travail de fourmi à recueillir et mettre à disposition l’information. Nous avons pu échanger sur les médias, les politiques, la façon d’aborder ce sujet difficile. Nous le remercions chaleureusement pour cette rencontre et pour avoir fait de l’électrosensibilité un sujet de littérature. Grâce à ce témoignage d’un personnage public, la question de la nocivité des ondes et du rôle trouble de l’argent et de la politique dans la santé publique, devient de plus en plus audible.

Retrouvez l’interview de Jean-Yves Cendrey et un reportage d’Elsa Daynac auprès du collectif dans l’Humeur vagabonde de Kathlenn Evin sur France Inter (émission du lundi 7 octobre 2013)


Le Nouvel Obs - Enquêtes sur la santé

Ebranlée par le récit de Jean-Yves Cendrey, Odile Benyahia-Kouider a réalisé une enquête sur les vrais dangers des ondes, parue le 26 septembre.

Sur France culture, le directeur de la publication, Laurent Joffrin remet en cause ses propres préjugés sur la question de l’électrosensibilité : "il y a plusieurs indices sérieux qui montrent qu’il y a une vraie question".

La semaine suivante (parution du 3 octobre), à l’occasion de la sortie du livre Planète toxique d’André Cicolella (chercheur à l’INERIS, lanceur d’alerte, président du Réseau Environnement Santé), c’est la question de l’influence de l’environnement sur la santé qui est traitée par Guillaume Malaurie, avec un dossier de 13 pages, des cartes régions par régions et l’interview du député PS Gérard Bapt, rapporteur du budget de la Sécurité sociale.

Sur le net, l’évaluation du risque est abordée au travers d’un entretien avec Marc Mortureux, directeur de l’ANSES, récemment reconduit dans ses fonctions. A propos de l’avis de l’ANSES sur les radiofréquences, attendu pour le mardi 15 octobre, Marc Mortureux précise :"C’est un dossier extrêmement complexe où les études sont contradictoires mais où, je crois, que nous allons faire avancer là aussi la méthodologie. Par ailleurs un groupe de travail est constitué sur l’hyper électro-sensibilité. Ce n’est pas parce que nous ne comprenons pas le phénomène qu’il faut abandonner la recherche et laisser penser que ceux qui s’en disent victimes sont des fadas."

A noter que les contributions du collectif au comité de dialogue Radiofréquences et santé de l’ANSES ainsi que l’opération visibilité de 2012 (témoignages envoyés aux pouvoirs publics) ont largement contribué à crédibiliser le sujet de l’électrosensibilité et à l’aborder de manière novatrice.


La 4G : l’économie d’abord, la santé attendra

Mardi 1er octobre, à l’occasion du lancement de la 4G par l’opérateur Bouygues qui couvre désormais 63% de la population, Priartem, Agir pour l’Environnement et le collectif ont dénoncé la prédominance des questions économiques dans la gestion du dossier et le silence des autorités sanitaires et environnementales.

Retour presse

- Janine Le Calvez, présidente de Priartem au Journal de 19 h de France Inter

- Intervention du collectif sur Sud Radio
- 01 Net


Portables et santé : nouvelle étude suédoise une multiplication par 3 des risques de tumeur cérébrale au-delà de 25 ans d’utilisation du portable

C’est ce que nous apprend une étude épidémiologique publiée dans la revue International Journal of Oncology réalisée par une équipe suédoise dirigée par Lennart Hardell. Les chercheurs ont travaillé sur la population âgée de 18 à 75 ans dont le cancer a été diagnostiqué entre 2007 et 2009 (593 cas). Une population-témoin contrôlée sur les critères d’âge et de sexe a été sélectionnée (1368 personnes). Globalement le risque est accru de 60% pour les utilisateurs de portables. Mais si l’on regarde plus précisément les utilisateurs de longue durée, le risque est nettement plus élevé : il double au-delà de 20 ans et triple au-delà de 25 ans.

Les chercheurs se sont également intéressés à l’usage du téléphone sans fil domestique – qui mobilise également les radiofréquences - et ont trouvé des résultats très comparables à ceux obtenus pour les téléphones mobiles. Les chercheurs concluent que ces résultats confortent donc l’hypothèse d’un effet à la fois initiateur et promoteur des radiofréquences sur le cancer.

Le communiqué de Priartem

Retour presse :

- Journal de l’environnement
- Actu-Environnement


Diffusion du film "Hors Champs" à Marseille

Le film "Hors champs" sera projeté le 15 octobre à Marseille, dans le cadre du festival "RISC" (Rencontres Internationales Sciences et Cinémas). La projection aura lieu à 16h30 au BMVR Alcazar, en présence de la réalisatrice et des organisateurs. L’entrée est libre. Pour plus d’informations au sujet du festival, vous pouvez consulter le programme

 
P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
Boite 64 - 206 quai de Valmy - 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
Mentions légales - Site réalisé sous SPIP par One2net

Site référencé par :