Après la Suède, la Grande-Bretagne s’apprêterait à reconnaître officiellement l’électrosensibilité
par Autre
Selon un article de Sarah Kate, journaliste, responsable des questions médicales au Sunday Times, un rapport récent de l’Agence de Protection de la Santé Britannique recommande la prise en compte de l’électrosensiblité dont souffrent de plus en plus de personnes exposées notamment aux champs electromagnétiques de la téléphonie mobile.

Il s’agit d’un phénomène que nous constatons de plus en plus également en France mais qui continuent à être traités par le monde médical comme des problèmes psychosomatiques voir comme l’expression de graves problèmes psychiatriques. Ce nouveau rapport britannique va être un support important de notre action auprès du Ministère de la Santé pour que, chez nous aussi, la question de santé publique posée par ce phénomène soit traitée avec tout le sérieux et l’attention qu’il nécessite et que des mesures de protection et de prévention soient immédiatement prise.

Traduction de nos amis belges de Teslabel (Jean-Marie Danze)

Une agence gouvernementale britannique reconnaît le phénomène d’électrosensibilité !

Une agence gouvernementale a pour la première fois reconnu que des personnes peuvent souffrir de nausées, de maux de tête et de douleurs musculaires lorsqu’elles sont exposées à des champs électromagnétiques émis par des téléphones mobiles, des pylônes électriques et des écrans vidéo d’ordinateurs.

Cet état connu sous l’appellation d’électrosensibilité, est une réactivité accrue vis-à-vis de l’énergie électrique. Il sera reconnu comme un handicap physique.

Un rapport rédigé par l’Agence Britannique de Protection de la Santé (Health Protection Agrency) et qui sera publié le mois prochain, déclarera que de plus en plus de personnes souffrent de ce syndrome en Grande Bretagne. Bien que le nombre total ne soit pas connu, on estime à priori que des milliers de personnes en sont affectées.

On s’attend à ce que le rapport rédigé par une section de l’agence de protection contre les radiations (N.R.P.B. = National Radiation Protection Board) déclare que les médecins généralistes ne savent pas comment traiter les victimes et que davantage de recherches seront nécessaires pour découvrir des traitements. Il donnera une liste complète des symptômes, laquelle pourra inclure des vertiges, des irrégularités du rythme cardiaque et des pertes de mémoire.

Bien que la plupart des pays européens ne reconnaissent pas cet état d’électrosensibilité, la Grande Bretagne va suivre la Suède où l’électrosensibilité est reconnue comme un handicap physique depuis l’année 2000. Environ 300.000 Suédoises et Suédois souffrent d’électrosensibilité.

Cette reconnaissance peut inciter des personnes se disant malades à cause d’antennes relais de téléphonie mobile, à engager des actions en justice.

En janvier 2005, Sir William Stewart, Président de l’Agence Britannique de Protection de la Santé et conseiller du gouvernement en ce qui concerne les téléphones mobiles, avait formulé une mise en garde indiquant qu’une petite proportion de la population puisse être victime de l’exposition à des champs électromagnétiques et avait appelé à un examen attentif du problème.

L’Agence Britannique de Protection de la Santé a maintenant passé en revue toute la littérature scientifique concernant l’électrosensibilité et a conclu que celle-ci constitue un syndrome réel. L’électrosensibilité était antérieurement rejetée comme telle et considérée comme un trouble psychologique.

Des découvertes pourraient conduire à de meilleurs traitements des patients. En Suède, les personnes allergiques à l’énergie électrique reçoivent une aide gouvernementale afin de diminuer leur exposition dans leur habitation et sur leur lieu de travail.

Des câbles spéciaux sont installés dans les habitations de ces patients et les plaques chauffantes de cuisson électriques sont remplacées par des brûleurs à gaz. Les murs, les toitures, les parquets et les fenêtres peuvent être recouverts d’une mince feuille d’aluminium afin d’empêcher les champs électromagnétiques extérieurs de pénétrer. On limite également les champs d’énergie électrique autour des systèmes conducteurs d’électricité.

Les militants britanniques estiment que les appareils électriques dans les maisons et sur les lieux de travail, ainsi que les téléphones mobiles émettant des micro-ondes ont créé un facteur déclenchant environnemental du syndrome.

Il existe une préoccupation particulière à propos de l’exposition aux émissions des antennes relais de téléphonie mobile ou stations de base, souvent implantées près des écoles et des hôpitaux.

En Janvier 2000, W. Stewart a également appelé à une révision nationale des règlements de planification d’implantation des antennes relais. La révision a été entreprise par le gouvernement britannique en avril.

Les victimes britanniques rapportent que leurs troubles disparaissent lorsqu’elles s’éloignent des champs électromagnétiques des appareils électriques et les évitent. Certaines ont déménagé vers des zones où la pollution électromagnétique est plus faible.

Le rapport de l’Agence de Protection de la Santé est attendu impatiemment par les militants. Alasdair Philips, directeur du groupe de défense POWERWATCH a déclaré : "Ceci aidera un nombre croissant de personnes qui nous ont expliqué que les médecins généralistes ne savent comment les traiter."

Rod Read, Président de "Electrosensibilité UK" (Electrosensitivity U.K.) a ajouté : "Ceci sera le début d’une prise en compte d’une nouvelle forme de pollution liée à l’énergie électrique".

D’après Sarah-Kate, Correspondante médicale du SUNDAY TIMES (11 septembre 2005)

Document original sur : http://www.timesonline.co.uk/article/0,,2087-1774586,00.html

 
P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
Boite 64 - 206 quai de Valmy - 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
Mentions légales - Site réalisé sous SPIP par One2net

Site référencé par :