Antennes-relais : 80% des français réclament une loi plus contraignante !
par Priartem et Agir pour l’Environnement

Sondage exclusif BVA sur les antennes relais

Agir pour l’Environnement et Priartém ont rendu public un sondage exclusif BVA indiquant que 80% des sondés se déclarent plutôt (35%) ou tout à fait (45%) favorables à une loi ayant pour objectif de règlementer davantage le développement des antennes relais. Seuls 16% y sont opposés.

Selon Stéphen Kerckhove, Délégué général d’Agir pour l’Environnement, « ces résultats démontrent une forte attente du public que le Gouvernement ne saurait méconnaître en prolongeant un attentisme qui n’a que trop duré ». Face à la révolte des riverains d’antennes relais et la multiplication des condamnations obligeant les opérateurs à démonter certaines de leurs installations radiotéléphoniques, le Gouvernement a annoncé l’organisation d’un Grenelle de la téléphonie mobile, tout en annonçant paradoxalement que les antennes relais ne posaient pas de problèmes sanitaires particuliers.

Rencontrant la Secrétaire d’Etat à l’Ecologie, Madame Chantal Jouano, lundi 23 mars de 9h30 à 10h30, dans le cadre de la préparation du Grenelle de la téléphonie mobile, les représentants des associations Agir pour l’Environnement et Priartém rappelleront leurs exigences d’un débat pluraliste, sans tabou et sans exclusive. Cet élément essentiel du débat conditionne la participation des associations au Grenelle de la téléphonie mobile.

Selon Janine Le Calvez, Présidente de Priartém, « quand les français s’expriment aussi massivement en faveur d’une réglementation contraignante encadrant le développement des antennes relais, le Gouvernement ne peut durablement continuer à privilégier un statu quo dont les bénéficiaires exclusifs sont les opérateurs. » La France dispose à ce jour d’une réglementation particulièrement laxiste, avec des normes d’exposition fixées à 41 et 58 volts par mètre permettant à un opérateur d’installer une antenne à moins d’un mètre des fenêtres d’une école.

Alors que l’incertitude scientifique doit déboucher sur une application pleine et entière du principe de précaution qui passerait par une baisse très significative des valeurs d’exposition aux champs électromagnétiques des antennes relais comme le réclame le Parlement européen, les associations attendent du Gouvernement autre chose qu’un discours faussement rassurant dicté par le lobby.

Zip - 190.9 ko
Sondage

Ce sondage a été effectué par l’institut BVA par téléphone auprès d’un échantillon représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus les 13 et 14 mars 2009.

 
P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
5, Cour de la Ferme Saint-Lazare 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
Mentions légales - Site réalisé sous SPIP par One2net

Site référencé par :