5G, la "goutte d’eau" qui va faire déborder le vase ?
par priartem

L’arrivée de la 5G suscite beaucoup d’inquiétudes de par le monde. Des centaines de scientifiques ont déjà lancé l’alerte (cf. l’appel international 5Gappeal). Comme on va le voir, ils commencent à être relayés par des politiques. D’un certain point de vue, on pourrait s’étonner de cette « prise de conscience », car il existe très peu d’études scientifiques concernant l’impact de la 5G sur la santé humaine, alors qu’on dispose de nombreuses études indiquant les risques des technologies des générations précédentes. La 5G serait-elle la « goutte d’eau » qui va faire déborder le vase électromagnétique ?

Ceci dit, malgré leur rareté, les études disponibles sur la 5G ne permettent pas de penser que cette technologie sera moins dangereuse que la précédente [1]. D’autant que la 5G ne va pas supplanter la 4G, mais, au moins dans un premier temps, coexister avec elle, ajoutant au « brouillard » électromagnétique existant [2].

Quelques ressources :

- « Grosses promesses, risques inconnus » (par le collectif de journalistes Investigate Europe, 2min, 2019, anglais, sous-titres en français). Dans cette courte vidéo d’animation, on dit l’essentiel sur la 5G, et notamment que les normes d’exposition actuelles sont plus ou moins dictées par l’industrie des télécoms

- « Bienvenue dans le monde de la 5G » (Bastamag, Leila Minao, 11 avril 2019) Cet article de Bastamag (partenaire du groupe de journalistes de Investigate Europe) fait le point sur les enjeux techno-industriels et financiers de « l’opération 5G ».

- « Le déploiement de la 5G est complètement fou » (Martin Pall, professeur émérite de biochimie et de sciences médicales fondamentales à l’université de Washington (9min, 2018, sous-titres en français) Une vue de synthèse factuelle des études scientifiques sur les effets des ondes sur la santé, les mécanismes biochimiques, la vulnérabilité des enfants, les spécificités de la 5G.

- Intervention du Dr Sharon Goldberg au Parlement du Michigan (2018, 14min) Intervention « flash » convaincante de cette femme médecin des hôpitaux, sur les effets biologiques des CEM [3], les relations avec le diabète, la santé mentale des américains, les conflits d’intérêt, etc.

- « Je ne voudrais pas être le morceau de viande qui sera cuit par ces ondes au bout de 40 années » (Jean-Paul Lecoq, député GDR, 2019, 9min). Le député est intervenu à l’Assemblée nationale le 10 avril dernier, estimant que la question sanitaire y est prise « beaucoup trop à la légère ».

- « Où sont les études ? » (Richard Blumenthal, sénateur du Connecticut, 6 février 2019, 5min) Lors d’une commission sénatoriale, le sénateur US R. Blumenthal (Connecticut) pointe qu’il n’existe aucune étude scientifique garantissant l’inocuité de la technologie 5G.

- « Les Bruxellois ne sont pas des souris de laboratoire » (Céline Fremault, Ministre bruxelloise du Logement, de la Qualité de vie, de l’Environnement et de l’Énergie) Pour la ministre, « il est [désormais] impensable pour moi de permettre l’arrivée de cette technologie si je ne peux assurer le respect des normes protégeant les citoyens ». Toujours chez nos voisins belges, des professionnels de la santé se sont regroupés pour sonner l’alerte.

Tour d’horizon de la résistance à la 5G :

Aux USA, où la 5G est déjà implantée dans plusieurs villes, la résistance s’installe. Plusieurs villes de Californie ont décidé de stopper le déploiement de la 5G ces derniers mois. Parmi elles, San Anselmo, Ross, et maintenant Mill Valley [4]. Le comté de Clallam (État de Washington), cherche aussi à contourner les lois fédérales pour barrer la route au déploiement (voir ici et ).

Aux Pays-Bas, la Chambre des représentants s’inquiète des risques pour la santé des rayonnements émanant du nouveau réseau 5G (en néérlandais, à faire traduire par "M. Google")

En Suisse, le Grand Conseil vaudois veut mettre un frein temporaire au déploiement de la 5G.

En Italie, la députée Sara Cunial est intervenue à la chambre italienne (4min, sous-titres en français) pour dénoncer les risques sanitaires de la technologie 5G.

Si vous souhaitez contribuer à faire "déborder le vase", vous pouvez signer la pétition « Moratoire sur la mise en place de la 5G au niveau planétaire » (85 000 signatures au moment de cette publication). Le document de l’appel est disponible en français, et contient de nombreuses références scientifiques.

 
P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
Boite 64 - 206 quai de Valmy - 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
Mentions légales - Site réalisé sous SPIP par One2net

Site référencé par :